MES COUPS DE COEUR ET SI LA RÉALITE, VIA « LE QUANTIQUE », REFLÉTAIT NOS PENSÉES : UNE THÉORIE, ENTRE AUTRES, AVEC EN PRIME LE NOMBRE D’OR.

Publié le 9 Août 2021

Pour Didier Luccan - passé de l'engagement social à la prise de conscience spirituelle notamment  en découvrant Gandhi et les sagesses d'Extrême-Orient, avant de consacrer sa vie au travail d'éveil de la conscience intérieure par la méditation précédant la cohabitation avec des chercheurs physiciens du CNRS qui lui  permit de construire des passerelles entre la physique quantique et la conscience -  la réalité, selon ses conclusions, reflèterait nos pensées. (1)

MANIPULATION MENTALE ?

La physique quantique nous apprend – entre autres – que le monde de la matière est corpusculaire (matière) et ondulatoire (ondes) à la fois.  Dans cet état quantique de la particule, on ne semble pas assuré pour autant de son existence sinon juste préjuger de sa tendance à se manifester par des ondes de probabilité. Selon certains sceptiques, une manipulation mentale dont la subtilité n’échappera à personne.

Décryptage :

La particule de matière ordinaire existe dans deux états à la fois et dans deux dimensions espace/temps, et cela simultanément, avec échange instantané d'informations. Ce fonctionnement agit grâce à l'existence de dimensions parallèles à la nôtre (multi-dimensionnalité) qui permettent aux particules d'aller chercher l'information d'une manière non locale et en d'autres dimensions.

Fantasmes en déduiront certains.

Pour Didier Luccan ce n’est pas de la science-fiction. Même si parfois on serait enclin de le penser.

En l’espèce, le constat de la physique quantique est d’une évidence souvent partagée Peut- être parce qu'au sein de la matière ordinaire celle de notre corps et de la nature, il apparait bien qu’il y ait  une action quantique instantanée qui se nourrit d’'informations dans une autre dimension espace/temps (lire précédemment).

Retenons à présent notre souffle !

UN FOURRE-TOUT

Ce serait ainsi grâce à des phénomènes d'instantanéité sinon de dimensions parallèles ou de non-localité, que la physique quantique fonctionnerait. Mais aussi et plus concrètement sur la foi du laser et de l'IRM sans oublier les technologies de satellites et de téléphones portables GMS (standard numérique pour la téléphonie mobile) qui occupent de plus en plus notre quotidien à l’instar des phénomènes parapsychiques. Dernière approche en date : l’ordinateur quantique qui surpasse en exécution tout ce qu’il est possible d’imaginer.

Un chemin aussi nouveau que fascinant mais dont l’aboutissement  sera long. Les technologies développées seront elles aussi bénéfiques pour la compréhension de notre monde, avec un impact dans des domaines d’application inattendus ?

 

Ce qui ne retire en rien au fait qu’au-dessous du niveau des particules, la matière physique n'existe pas et qu’elle a cédé la matière non-physique à de la matière informationnelle ; une matière faite d'ondes d'informations organisées mais aussi d'ondes de pensée issues d'un champ de psyché structuré.

Ce que les psychologues et les psychanalystes appellent aussi et pour leur part  l'inconscient. (sic)

Ouf !

Pour Didier Luccan, un état souvent « confus et touffu », sinon un fourre-tout que l’on s’emploie à décoder par le biais des rêves, ainsi qu’en explorant la mémoire et en décryptant les symboles.

DU JÉSUITE AU POÈTE

En parallèle de l'inconscient collectif, notion devenue trop imprécise, Il y a cependant « un conscient collectif » comme le notait l’éminent père jésuite, paléontologue, théologien et philosophe, Pierre Teillard de Chardin, dans sa notion de noosphère déterminant le milieu ou la dimension de pensée et de conscience. Ainsi, alors que l’émergence de la vie a fondamentalement transformé la géosphère, l’émergence de la cognition humaine transforme fondamentalement la biosphère.  

Le Père Teilhard de Chardin : un "Cosmo-mystique".

On doit, à ce titre, parler d'un vaste champ de conscience collectif qui comporte deux aspects en bipolarité : le pôle inconscient et le pôle conscient. 

Le Père Teilhard de Chardin était fondamentalement un mystique d’une exceptionnelle qualité ou plus exactement un « cosmo-mystique » qui considérait que la matière contient une puissance spirituelle.  Par une ascèse rigide, il est d’ailleurs parvenu à déchiffrer, en filigrane et à travers le cosmos, la figure divine du Christ.

Une aventure spirituelle d’exception qui trouve difficilement son égale sinon la pensée que l’on peut avoir envers le poète de Charleville, un certain Arthur Rimbaud, et sa mythique (et mystique) « chasse spirituelle ».

Le tournesol : "une divine proportion."

La matière mentale informationnelle (il serait plus correct, selon les scientifiques, de parler de champs organisés d'ondes quantiques informationnelles) détient le pouvoir de mettre en œuvre, d'une manière physique et concrète, ce qui a été organisé à un niveau mental cérébral et supra-mental quantique (comme, par exemple, l'universalité des constantes mathématiques et géométriques dont l’intriguant nombre d’or, considéré comme irrationnel et intervenant dans la construction du pentagone régulier. Des propriétés algébriques hallucinantes que d’ailleurs j’ai personnellement et dernièrement pu observer en admirant près de chez moi les capitules des tournesols en magnifique floraison. Une « divine proportion » au plan de la structure (c’est mon secret sentiment) que l’on remarque aussi dans l’architecture de Le Corbusier, les partitions de Xenakis ou la peinture de Salvador Dali. Sans oublier Léonard de Vinci et Michel-Ange. Liste non exhaustive.

Charles-Edouard Jeanneret-Gris autrement dit Le Corbusier : l'inventeur de "l'unité d'habitation". 

Vous avez dit mathématiques ? Je dirais plutôt mystère.

CONCEPT DE SAGESSE

En effet, on oublie trop souvent que le monde matériel issu de la main de l'homme est initialement l'oeuvre de sa pensée cérébrale mais non-locale. Je pencherais, à mon :modeste niveau de réflexion et de mes connaissances scientifiques pour une manifestation de l’extraordinaire. Dieu, pourquoi pas ?

Stéphane Lupasco : le "Hegel" du XXème siècle.

Le philosophe Stéphane Lupasco, surnommé le Hegel du XX° siècle par Lèon Brunschvicg, considère que la sauvegarde de l’éternité (pas moins !) et parle, quant à lui, « d'actualisation physique d'un état potentiel ». Ou encore, de physique macroscopique et de sa portée philosophique.

La sagesse quantique selon Diudier Luccan.

Didier Luccan autrement pragmatique estime que dans un état de colère ou de peur, nous en référons – c’est je pense un exemple -  aux lois de la physique quantique et que nous cherchons l'information dans le champ de la matière psychique avant de nous l’approprier. Une théorie. Sa théorie.

Au commencement, écrit l’évangéliste Jean, était le Verbe – autrement dit Dieu. Ce Verbe  s’est ensuite fait chair pour s’en tenir à la définition originelle grecque – logos – et rester indissociable du concept de sagesse que l’on retrouve notamment dans le livre des proverbes, de Ben Sirah ou de la Sagesse.

Explication de Didier Luccan :

« Nos pensées créent instantanément notre monde mental et notre monde mental créé notre réalité immédiate par nos paroles et nos actions. Quand nous vivons une situation difficile, tendue, conflictuelle, nous ressentons naturellement des émotions et des pensées de haine et de colère, qui tout aussi naturellement génèrent chez les autres, de la haine et de la colère. A l’inverse, pourquoi n'aurions-nous pas des pensées d'amour envers les personnes qui nous ont impliqué dans un conflit ? En pensée, assurons les de nos je t'aime et souhaitons-leur, bonheur et santé. Ainsi, au niveau quantique, les réseaux en fractale leur distribueront instantanément cette information. »

CQFD … ou plutôt, simple façon de dire !

Et Didier Luccan de poursuivre :

« La pensée est un processus global. Je parle ici de psyché qui est une matière mentale et supra-mentale (processus individuel de développement de la conscience) et non pas uniquement de la matière cérébrale. Tout comme le son et un certain type de lumière, la pensée est constituée d'ondes informationnelles scalaires (nombres réels qui multiplient les vecteurs dans un espace vectoriel) qui se propagent donc en ondes ayant la forme spirale de vortex, au contraire des ondes électromagnétiques qui se déplacent d'une manière sinusoïdale. »

Vous me suivez toujours ? 

LANGUE AU CHAT !

Ces ondes ont été modélisées mathématiquement par le biologiste Émile Pinel - l’un des premiers à avoir relié la physique quantique au niveau cellulaire en faisant intervenir non seulement les champs biologique, électromagnétique et gravitationnel, mais aussi la notion de champ psychique informationnel organisé et structurant H2 qui relève du domaine mathématique de l’analyse fonctionnelle qu’en néophyte patenté nous ne tenterons même pas d’aborder et qui est cependant  très proche de la définition de la conscience. 

 

Emile Pinel : un double le champ d'ondes mentales.

Ainsi, le biologiste et surtout mathématicien à l’origine des champs cellulaires H1, H3 et H2 a t-il déterminé un double champ d'ondes mentales : celles émises par les cellules biologiques (d'origine cérébrale et neurologique) et celles émises par un champ informationnel non biologique, donc un champ psychique organisé au niveau quantique non originaire du cerveau qui se trouve mis en évidence, notamment lors des NDE (état de mort provisoire), des États Modifiés de Conscience (EMC) des processus de créativité mais également actifs lors de nos moments de pensée intuitive.

C'est ce fonc­tionnement ondulatoire des champs quantiques informationnels d’origine psy­chique (local pour le men­tal et non-local pour le supra-mental) combinés avec notre matière bio­logique qui, par exemple, montre l'in­fluence de l'observateur humain sur l’expérimentation d'une mesure quantique constatée par l'expérience théorique bien connue du chat de Schrödinger en 1937 (le félin en même temps vivant et mort, selon l’attitude d'un observateur.)

Démonstration :

Erwin Schrödinger,  l’un des piliers de la physique quantique, a imaginé une expérience de pensée à base de boite et de chat mort-vivant. Une simple expérience de pensée destinée à  résoudre un problème en utilisant uniquement l’imagination.

Le célèbre physicien, philosophe, et théoricien scientifique autrichien a donc mis au point cette expérience consistant à enfermer un chat dans une boite close. Cette dernière contient un dispositif qui tue l’animal dès qu’il détecte la désintégration d’un atome d’un corps radioactif. De l’extérieur, on ne peut pas savoir ce qui se passe dans la boite. 

En clair,  le chat dans la boite peut vivre ou mourir sans que l’on sache ce qui se passe depuis l’extérieur.

Que l’on se rassure, Erwin Schrödinger  n’était pas un dangereux psychopathe. Il a simplement proposé cette expérience pour confronter les gens aux paradoxes de la physique quantique.

Erwin Schrödinger : A l'échelle de l'atome ...

D’autant que de son temps  la physique quantique n’était pas encore vraiment comprise par tous les scientifiques. En particulier, la théorie de la superposition quantique posait carrément problème. Cette thèse nous expliquant que dans le monde quantique (c’est-à-dire à l’échelle de l’atome),  une particule – prenons un électron – peut se trouver à plusieurs endroits en même temps.  D’où l’expérience du fameux chat et l’élaboration de cette théorie quant à la possibilité de considérer la conscience individuelle comme la manifestation d’une conscience unitaire se répandant dans l’univers.

On se calme dans les rangs !

COMBAT INVISIBLE

Tout est finalement concentré dans la pensée quantique : les champs quantiques informationnels se présentent comme des ondes psychiques contenant des informations sous forme d'équations et d'algorithmes mais aussi de géométrie quantique influençant l’organisation de la matière mais aussi d’une réalité qu’il est possible de modifier en permanence en insufflant une intention par une pensée concentrée, forte et consciente.

La pensée quantique attestant ainsi que nous sommes à chaque instant  les créateurs de notre réalité.

Plus une pensée est mentalement ressassée mentalement, plus elle a des chances de générer une forme ou un évènement qui la reflète. C’est la base de la théorie des champs morphogènes (les champs et ondes de formes du biologiste britannique Rupert Sheldrake) qui se répliquent frac­talement (du latin fractus, autrement dit un objet mathématique qui trouve ses règles dans l’irrégularité ou la fragmentation). Comme les poupées-gigogne par analogie.

Notre destinée et les évènements de notre vie ne sont pas uniquement les résultantes de nos pensées. Nous sommes aussi et surtout influencés par les pensées des autres. Une sorte d’inconscient collectif auquel font écho des relations de causalité (karmas) individuelles et collectives mais également des croisements ou entrechocs avec les autres êtres humains et leur destinée. Un combat invisible mais réel entre les énergies individuelles (don et prédation énergétique) et enfin par des courants énergétiques informationnels issus des forces électromagnétiques et cosmo-telluriques :

« Nous sommes une tour de transmission mentale  puissante qui façonne notre vie autant que celle des autres et qui propage dans l'Univers les pensées que nous émettons ( « Le secret » de Rhonda Byrne). Finalement, nous  avons tellement l'habitude de fonctionner sur un plan strictement matériel que nous en oublions les flux énergétiques des êtres vivants et de l'univers. Dans le domaine de la pensée quantique, la dimension énergétique du monde et des êtres est fondamentale car une énergie élevée de pensée agissante (ou énergie de la psyché) est le substrat qui structure la matière elle-même. Cette énergie, directement et instantanément issue des champs quantiques informationnels permet de comprendre notre monde comme un vaste champ de conscience d'ondes énergétiques pensantes et agissantes qui organise la matière et les êtres vivants à tous les niveaux. » explique Didier Luccan

 

Le David de Michel-Ange : la perfection des proportions dans la ligne de Léonard de Vinci et autres Xenakis Salvador Dali. Illustration du mystèrieux  "nombre d'or" .

 Celui-ci conseillant également de garder à l’esprit que le sens d’un mot et sa charge émotionnelle reflètent aussi son état vibratoire qui fonctionne, dans son principe, comme une fréquence radio électromagnétique. Le sens et l’émotion négatifs d’un mot, d’une phrase ou d’un discours émettent sur une longueur d’onde longue et donnent une fréquence basse de l'onde mentale. Au contraire, quand on fait l'effort de rester dans l'occurrence de valeurs éthiques ou quand on répète souvent des mots à charge émotionnelle positive, le taux global des vibrations de nos pensées s'élève et nous sommes, de fait, aidés et soutenus par ces fréquences spirituelles (de l'Esprit) qui sont des ondes élevées de pensée intelligente :

« L'accès et le soutien conscient des ondes mentales est perceptible dans notre vie quotidienne tout simplement dans le fait que nous sommes heureux d'agir et d'être dans le monde même dans la difficulté lorsque nous maintenons en nous une pensée positive liée aux valeurs éthiques. Par exemple, la religion catholique vous fait répéter dans ses rites et dans ses prières des mots négatifs comme « pauvre pécheur », ou « je ne suis pas digne de te recevoir », ou encore « je suis tout petit devant Toi », ces mots qui voudraient refléter une attitude d’humilité ne véhiculent en fait que de l’énergie de basse fréquence liée à la dépréciation de soi-même. Rappelez-vous, l’esprit prend pour argent comptant ce que vous lui fournissez. Vous lui dites « je suis petit, je suis nul et récidiviste dans l’erreur et votre mental vous renvoie des sentiments de mécontentement, de frustration et de discordance qui vous enferment dans le cercle vicieux de la négativité. Au contraire, si vous dites « je suis merveilleux, je suis beau, je suis bon, je suis puissant, je suis heureux », alors vous régénérez votre esprit de vibration d’amour, de bonheur et de bienveillance. »

Une démonstration qui n’engage que son auteur car et toujours selon Didier Luccan, nous serions un puissant émetteur d'énergie mentale qui façonne chaque instant de notre vie et propage dans l'univers et dans ses différentes dimensions, les pensées émises.

Avec cependant un bémol :

« Notre vie est un entrecroisement d'énergies, un entrechoquement constant avec la destinée d'autres êtres humains, avec une forte influence des inconscients individuel et collectif. »

Didier Luccan affirmant sans ambages que la sagesse est le fruit d’un travail quotidien d'ouverture à la connaissance de soi et du monde pour faire de l’esprit un ami qui nous élève.

Bon courage !

J’aurais aimé, par affinité intellectuelle et spirituelle mais ô combien modeste, conclure cette incursion dans l’univers quantique sur une appréciation d’Albert Einstein estimant, de son temps, la physique quantique comme un phénomène de crise mais finalement celle de Heinz Pagels – physicien américain sérieux tenant de la théorie quantique des champs - me parait autrement répondre aux interrogations que suscite la physique quantique :

« Les difficultés qu’éprouvent les physiciens et bien d’autres personnes à accepter la réalité quantique me rappellent la façon dont réagissent les enfants lorsqu’ils sont confrontés à un concept qu’ils n’ont pas encore assimilé. »

Bernard VADON

 1 / La physique quantique n'est pas l'affaire des spécialistes. Chacun doit pouvoir s'emparer de ce nouveau cadre de pensées et y trouver une spiritualité pour réfléchir au-delà des préjugés et des blocages. Didier Lucca, au travers de cet essai, nous propose une introduction simple à la physique quantique et explique son importance déterminante dans notre système de pensée. Accédez à la compréhension simple de la matière et de l'univers qui nous constituent.

Didier Luccan auteur de « Vers la sagesse quantique » aux éditions Bussière