OLIVIER DARTIGOLLES :  Faire de la politique autrement.

Publié le 25 Mai 2019

 

Olivier Dartigolles : par analogie, une manière d'entomologiste pointilleux.

 

Comme Etienne de la Boétie, j’aime ce qui me nourrit, le boire, le manger et les livres. On se délecte autant devant les gondoles d’une librairie que devant la vitrine d’un pâtissier où les compositions parfois les plus insolites ou simplement traditionnelles telles un Ispahan de Pierre Hermé, un Paris-Brest de Philippe Conticini ou une tarte au chocolat de Robert Linxe incitent au péché véniel. 

D’ailleurs, n’y a t-il pas une cause à effet lorsqu’on apprend que Nicolas Stohrer inventa son délicieux gâteau baptisé  « Ali Baba » suite à la lecture assidue des contes des « Mille et une Nuits » ?

Compte tenu de ces associations ô combien épicuriennes, je ne peux – m’en tiendra t-il rigueur ? - m’empêcher d’associer le livre d’Olivier Dartigolles (essai ou pamphlet à l’image de ceux de Louis-Ferdinand Céline passés à la postérité littéraire) à ces chocolats fins dénichés dans l’une des meilleures officines de la ville de Pau et qu’il m’offrit sans connaître mon appétence singulière pour ce subtil dérivé de la fève de cacao.

 

Enjeux sociaux et. écologiques

Sur des registres différents mais finalement concordants, la dégustation d’un livre est une sensation rare quant à la saveur qu’on leur découvre parfois.

L’ouvrage dont le titre – « Macron, entreprise de démolition, forces, failles et supercheries »  - est déjà en soi un florilège croustillant. (1)

Un petit livre étonnant de révélations, surprenant par la richesse de ce qu’il expose. Un livre aussi de propositions qui entend ouvrir des chemins en vue de transformer notre société avec la démocratie au cœur de nouvelles conquêtes citoyennes. Un ouvrage mettant en exergue la nécessité de toujours associer étroitement les enjeux sociaux aux enjeux écologiques.

L’auteur n’y va d’ailleurs pas par quatre chemins pour désigner le coupable :

« Après les premiers mois d’exercice du pouvoir d’Emmanuel Macron et de sa majorité, il convient de dire la gravité du projet politique global de ce nouveau pouvoir, d’alerter sur la vive allure de cette opération de démolition sociale  et démocratique tout en pointant les impostures, les contradictions, les paradoxes, les brèches qui fragilisent déjà le macronisme. »

Fin de citation !  

Un livre de révélations et de propositions.

 

Premiers de cordée

Plongée asphyxiante dans ce monde de l’incertitude, celui de parcours heurtés et de risques prégnants.

Pour Olivier Dartigolles le programme d’Emmanuel Macron -  monarque arrogant et pressé (sic) - est comparable aux douze travaux d’Hercule à cette différence qu’avec Hercule on découvrait le lien de Némée, l’hydre de Lerne, la biche de Cérynie, le sanglier d’Érymanthe, les écuries d’Augias, les oiseaux du lac Stymphale, le taureau de Crète, les juments de Diomède, la ceinture de la reine Hyppolyte, les bœufs de Géryon, les pommes d’or du jardin des Hespérides, les enfers de Cerbère …

Souffrez la comparaison !

Et Olivier Dartigolles non sans humour grinçant de conclure le constat :

« De la cuisse de Jupiter-Macron ne sortira qu’un ordo-libéralisme respectant à la lettre les recommandations de la Commission européenne, anticipant les attentes des marchés financiers, le tout sous le contrôle scrupuleux d’Angela Merkel. »

Les travaux d’Emmanuel Macron consistant à amplifier cette libéralisation en s’attaquant aux derniers blocages du « modèle social » , un terme qu’il n’aime pas comme il n’aime pas que l’on dise du mal des riches comparant, face aux plus envieux, les plus fortunés de notre pays à des « premiers de cordée ». 

Le président en fonction  sait de quoi il parle lui qui a connu l’ivresse des sommets lorsque jeune banquier d’affaires, il empocha un magot d’un million d’euros pour avoir directement négocié le rachat par le groupe Nestlé d’une filiale de Pfizer. 

Un habitué des plateaux de télévision et des studios radio ...

 

Passions tristes

Tel un entomologiste pointilleux, par analogie, l’auteur nous conduit, non sans une certaine maestria, dans les méandres d’une stratégie politique douteuse qui a mis dangereusement à mal le principe même de la démocratie au seul crédit de ce qu’Olivier Dartigolles appelle non sans humour  une « start-up nation » ou encore « « un État plateforme. »

Tout est dit mais comment sortir aujourd’hui de la sidération et du fatalisme ?

Pour Olivier Dartigolles il convient d’ouvrir de nouveaux chantiers avec une politique  de rassemblement ambitieuse et généreuse, à dimension majoritaire, de toutes les forces qui agissent pour la transformation sociale :

« Il y a tant d’idées, de richesses et de disponibilités à faire converger et à unir sur l’essentiel : la société dans laquelle nous voulons vivre, aimer et rêver. Où nous ne voulons jamais cesser de penser, où notre imaginaire ne se laissera jamais assécher par les casseur d’avenir. Comment inverser le cours des événements ? Avec tous ceux qui aujourd’hui se posent cette question et qui sont à la recherche d’une nouvelle espérance, dans le débat, le respect de chacun et l’action. »

 

La dédicace de l’auteur est évocatrice de ce que rien n’est au fond perdu :

« De Macron à Jupiter … avant la fièvre jaune. En réponse aux convulsions françaises, aux « passions tristes », ce livre propose quelques chemins d’espérance. »

 

A méditer.

 

 

Bernard VADON

 

  1.  Les Éditions de l’Atelier.

 

Rédigé par Bernard Vadon

Publié dans #J - 2 - B ( Journal )

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :