Le jaune te va si bien ! ou le pouvoir et l'argent en question.

Publié le 7 Décembre 2018

Guy de Rothschild estimait que gagner de l'argent n'oblige personne à salir son honneur ou sa conscience (ah, bon!)mais je lui préfère la réflexion autrement forte et noble d'Edgar Morin considérant qu'à force de sacrifier l'essentiel pour l'argent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel ! (tiens, tiens !)
Guy de Rothschild estimait que gagner de l'argent n'oblige personne à salir son honneur ou sa conscience (ah, bon!)mais je lui préfère la réflexion autrement forte et noble d'Edgar Morin considérant qu'à force de sacrifier l'essentiel pour l'argent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel ! (tiens, tiens !)
Guy de Rothschild estimait que gagner de l'argent n'oblige personne à salir son honneur ou sa conscience (ah, bon!)mais je lui préfère la réflexion autrement forte et noble d'Edgar Morin considérant qu'à force de sacrifier l'essentiel pour l'argent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel ! (tiens, tiens !)
Guy de Rothschild estimait que gagner de l'argent n'oblige personne à salir son honneur ou sa conscience (ah, bon!)mais je lui préfère la réflexion autrement forte et noble d'Edgar Morin considérant qu'à force de sacrifier l'essentiel pour l'argent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel ! (tiens, tiens !)
Guy de Rothschild estimait que gagner de l'argent n'oblige personne à salir son honneur ou sa conscience (ah, bon!)mais je lui préfère la réflexion autrement forte et noble d'Edgar Morin considérant qu'à force de sacrifier l'essentiel pour l'argent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel ! (tiens, tiens !)
Guy de Rothschild estimait que gagner de l'argent n'oblige personne à salir son honneur ou sa conscience (ah, bon!)mais je lui préfère la réflexion autrement forte et noble d'Edgar Morin considérant qu'à force de sacrifier l'essentiel pour l'argent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel ! (tiens, tiens !)
Guy de Rothschild estimait que gagner de l'argent n'oblige personne à salir son honneur ou sa conscience (ah, bon!)mais je lui préfère la réflexion autrement forte et noble d'Edgar Morin considérant qu'à force de sacrifier l'essentiel pour l'argent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel ! (tiens, tiens !)
Guy de Rothschild estimait que gagner de l'argent n'oblige personne à salir son honneur ou sa conscience (ah, bon!)mais je lui préfère la réflexion autrement forte et noble d'Edgar Morin considérant qu'à force de sacrifier l'essentiel pour l'argent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel ! (tiens, tiens !)

Guy de Rothschild estimait que gagner de l'argent n'oblige personne à salir son honneur ou sa conscience (ah, bon!)mais je lui préfère la réflexion autrement forte et noble d'Edgar Morin considérant qu'à force de sacrifier l'essentiel pour l'argent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel ! (tiens, tiens !)

 

 

 

 

De la couleur bleue qui fait référence à la nature et à l’infini, symbolisant la paix, le calme, la sérénité et la fraîcheur mais aussi la sensibilité, au blanc que l’on assimile à des valeurs positives telles l’équilibre, la pureté et l’innocence incitant, quant à lui, à la paix et à la sérénité, en passant par la couleur terne du gris révélatrice de tristesse, de désarroi et de solitude sans oublier le marron se rapportant plutôt au monde animal et végétal, sources de douceur et de solidité, le jaune, pour sa part, invite plutôt à regarder la vie autrement. 

Une couleur qui représenterait, aux dires des spécialistes en la matière, la joie et l’énergie. C’est aussi la couleur de l’or et du soleil. Donc, de la lumière avec en prime le dynamisme, la tonicité, la richesse et l’opulence.(1)

 

N’en jetez plus me direz-vous et pourtant la rue nous offre depuis quelques jours, par cette couleur spécifique interposée, l’opportunité ( et quelle opportunité ! ) de mieux comprendre ce qui se passe aujourd’hui au sein de la vraie société, non pas celle des classes institutionnalisées sinon des « castes » et autres héritiers d’un système qui montre, depuis quelques jours en France, ses limites mais celle qui se réclame de ces valeurs humaines élémentaires qui ne sont pas à discuter mais qu’il convient d’inculquer et de respecter. 

 

EMINEMMENT POPULAIRE

Une incroyable et imprévisible initiative puisée dans la modernité via internet et portée par un signe commun représentatif, en l’occurrence un gilet protecteur qui témoigne, sur le sujet et depuis quelques jours, d’une prise de conscience éminemment populaire. Et cela, au sens noble du terme, autrement dit, en rapport direct avec le peuple, lui-même instigateur d’un populisme propre à se libérer d’un mode de gouvernance qui attribue quasiment tous les pouvoirs aux élites politiques, économiques, occasionnellement médiatiques – la plupart se gardant bien de révéler des salaires pour certains somptueux en tout cas n’ayant rien à voir avec ceux de leurs invités de plateaux – dans le droit fil d’un Benjamin Constant dont le libéralisme à géométrie variable consistait – déjà au 19ème siècle -  en une simple rationalisation de l’égoïsme et de l’intérêt matériel ou mieux comme un écran idéologique au triomphe d’un gouvernement élitiste et qui, à ce sujet, déclarait sans vergogne :

« Servons la bonne cause ! Et servons-nous … ».

Suivez mon regard !

Somme toute, une authentique « noblesse d’Etat ».

 

RETOURS SUR HISTOIRE

 

En quelque sorte, ni vu, ni connu. 

Jusqu’au jour où l’orgie néolibérale, comme on l’a qualifiée, a contribué à encourager l’épouvantable avidité de ceux qui avaient décidé de piétiner le processus démocratique. Ou plus simplement la véritable notion de partage et en l’occurrence d’équité.

Plus que jamais prévalurent alors le pouvoir et l’argent. L’un et l’autre apparaissant comme indissociables.

Mais au fond, indifférents au constat que l’Histoire comme la mode sont des éternels recommencements, d’aucuns s’en contrefichent confondant, singulièrement et maladroitement, vitesse et précipitation dans la mise en orbite d’un satellite destructeur dont un matin on perd le contrôle.

Sans aller à des retours historiques sur images et évoquer certains et tragiques destins passés, le temps est peut-être venu de faire précisément un arrêt sur image que j’emprunte à un éminent confrère passé maître dans l’investigation et qui faisant référence à Honoré de Balzac dans le Père Goriot dont il laisse entendre ( je cite) qu’il est la clé pour percer les secrets de l’Histoire :

« Le secret des grandes fortunes sans cause apparente est un crime oublié, parce qu’il est proprement fait. » (2)

 

Formons le souhait, sans trop y croire, en tout cas au moment de cette publication, que cette couleur jaune porteuse d’espoir mais en même temps révélatrice d’une grave situation ne prenne pas la couleur sombre en l’occurrence le titre d’une pièce mythique qu’à dessein j’ai plagié et que la grande Maria Pacôme récemment disparue et Jean Le Poulain interprétèrent avec le talent qu’on leur connaissait :

« Le Noir te va si Bien ! » 

 

Bernard VADON    

 

 

 

 

  1. Pour les auteurs,  Éliane et Régis Burnet, la symbolique des couleurs est un peu moins nuancée :  le blanc évoque la pureté et l’éternité. C’est aussi la couleur de l’habit du Christ ressuscité. Le rouge rappelle le sang, la guerre et le feu. Le vert évoque l’espérance et l’amour naissant. Le bleu, longtemps couleur neutre, était confondu avec le noir, couleur du deuil, du désespoir, avant de devenir la couleur phare de l’Occident, attachée à Marie. Le jaune, enfin, est la couleur des traitres ou des renégats, du déclin, de la maladie, du démon. Il habille façon de dire Judas.

 

 

Et pourtant, côté Vatican, le drapeau de la Cité est composé de deux bandes verticales de couleurs jaune (du côté de la hampe) et blanche, avec, au centre de la bande blanche, les insignes du Saint-Siège, constitués des clés croisées de Saint-Pierre surmontées de la tiare papale à trois niveaux. 

Le jaune représente le pouvoir spirituel du pape et le blanc symbolise son pouvoir temporel 
-

 
 
  1. « La Caste » de Laurent Mauduit. Edition de la Découverte.  A lire d’une traite avant qu’il ne disparaisse des rayons des librairies.

 

 

Rédigé par Bernard Vadon

Publié dans #J - 2 - B ( Journal )

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :