Le Maroc en pole position au coeur de la diversité économique post-pétrolière souhaitée par l'Emirat d'Abu Dhabi.

Publié le 24 Octobre 2017

Les membres de la délégation de la Chambre de commerce et d'industrie d'Abu Dhabi réunis autour des personnalités marocaines dont M. Abdelfattah Lebjioui, wali de la région Marrakech-Safi.
Les membres de la délégation de la Chambre de commerce et d'industrie d'Abu Dhabi réunis autour des personnalités marocaines dont M. Abdelfattah Lebjioui, wali de la région Marrakech-Safi.Les membres de la délégation de la Chambre de commerce et d'industrie d'Abu Dhabi réunis autour des personnalités marocaines dont M. Abdelfattah Lebjioui, wali de la région Marrakech-Safi.
Les membres de la délégation de la Chambre de commerce et d'industrie d'Abu Dhabi réunis autour des personnalités marocaines dont M. Abdelfattah Lebjioui, wali de la région Marrakech-Safi.Les membres de la délégation de la Chambre de commerce et d'industrie d'Abu Dhabi réunis autour des personnalités marocaines dont M. Abdelfattah Lebjioui, wali de la région Marrakech-Safi.Les membres de la délégation de la Chambre de commerce et d'industrie d'Abu Dhabi réunis autour des personnalités marocaines dont M. Abdelfattah Lebjioui, wali de la région Marrakech-Safi.

Les membres de la délégation de la Chambre de commerce et d'industrie d'Abu Dhabi réunis autour des personnalités marocaines dont M. Abdelfattah Lebjioui, wali de la région Marrakech-Safi.

 

 

L’événement – en l’occurrence la visite d’une délégation de la Chambre de commerce et d’industrie d’Abu Dhabi – reste un événement même si l’émirat concerné n’en est pas à sa première visite dans le royaume du Maroc, un partenaire apprécié.

Et cela, alors même que dans une conjoncture internationale difficile et compliquée, l’économie mondiale, de façon paradoxale, semble se jouer aussi bien des frontières que des conflits de tous ordres sinon des embargos dans le but, parfaitement légitime, de gagner, coûte que coûte, des marchés.

Le Maroc a cet avantage d’entretenir avec ses interlocuteurs – et Abu Dhabi (la plus grande ville de l’émirat avant celle d’Al Ain, une oasis à l’Est du pays en est un et de surcroît privilégié – des relations suivies tant sur le plan économique que culturel.

Une caractéristique, entre autres, de cet émirat – fondé en 1791 par la tribu des Bani Yas fuyant les Wahabites et considéré aujourd’hui comme le plus riche des Emirats arabes unis en particulier pour ce qui relève du PIB par habitant. Ce qui le situe parmi les premiers Etats au monde en terme de pouvoir d’achat.

Un résultat remarquable, entre autres, justifié par l’augmentation du prix du pétrole – l’émirat possède prés de 9% des réserves pétrolières mondiales -  qui a incité  les responsables de ce régime monarchique héréditaire à largement diversifier ses projets dans des segments économiques et commerciaux autres que les hydrocarbures.

Partage de valeurs

Son action dans le tourisme situe Abu Dhabi derrière Dubaï et en passe de la dépasser. Ce n’est pas seulement sa particularité de posséder le plus grand tapis tissé à la main ou encore faire, comme on dit, la pige à Assises, la célèbre et belle ville médiévale ombrienne, en Italie, par le fait de s’enorgueillir de son impressionnante tour penchée mais peut-être d’avoir surtout su intelligemment allier, côté art de vivre, modernité et tradition. 

Il y a deux ans, et pour sa part, le royaume chérifien, carrefour de civilisations, fit la démonstration de sa richesse intellectuelle, historique et cultuelle.

Le prétexte, aujourd’hui, à l’occasion de la visite des représentants du monde industriel et commercial d’Abu Dhabi (reçus à Rabat ainsi qu’à Casablanca et Marrakech), de mettre en exergue la correspondance de vues quant à une vision profonde et une approche conceptuelle propre à placer l’humain au coeur des préoccupations et du développement réciproque des deux pays. Avec, en filigrane, le partage de valeurs liées à la culture, à la tolérance et à la paix.

La culture, précisément, c’est également le nombre important d’étudiants inscrits en études supérieures mais aussi l’université de Paris-Sorbonne et le Louvre-Abu Dhabi, implanté sur l’île de Saadiyat –« Ile du bonheur » - (l’émirat compte pas moins de 200 îles disséminées sur 700 kms de côtes) et résultant d’un accord passé entre la France et l’Emirat, le 6 mars 2007, dont la conception architecturale fut confiée à Jean Nouvel auquel on doit aussi le musée du Quai Branly.

Son inauguration officielle aura d’ailleurs lieu les 10 et 11 novembre prochain.

Collaboration accrue

Mais il est important aujourd’hui, et c’est l’essentiel de notre propos, de revenir à cette récente visite officielle au Maroc, le 16 octobre dernier, d’une délégation de la Chambre de commerce et d’industrie d’Abu Dhabi.  

Une visite commencée à Rabat et Casablanca et qui s’est achevée le 19 octobre à Marrakech dont les potentialités en tous domaines ne pouvaient échapper à ces professionnels et hommes d’affaires accompagné du vice-président du Conseil d’administration de la Chambre de commerce et d’industrie d’Abu Dhabi  et opérant dans les secteurs aussi divers que  l’énergie, le tourisme,  l’immobilier, les télécommunications, l’agriculture mais également l’industrie alimentaire,  la pêche et la logistique.

Il appartint à M. Abdelfattah LEBJIOUI, Wali de la Région Marrakech-Safi, de recevoir cette délégation au siège de son département, à Marrakech.

Il était, à cette occasion, entouré de MM. Ahmed AKHCHICHINE, Président du Conseil Régional de Marrakech-Safi ; Mohamed FADLAM, Président de la Chambre de Commerce, d’Industrie et des Services de Marrakech ;  Mohamed Adel BOUHAJA, Président Régional de la Confédération Générale des Entreprises du Maroc, Marrakech-Safi et Brahim KHEIREDDINE, Directeur du Centre Régional d’Investissement Marrakech-Safi.

Il ressort des interventions, dont celle du Wali de Marrakech-Safi, une volonté affirmée d’œuvrer en faveur d’une collaboration accrue entre les deux pays et de s’engager à accompagner efficacement et utilement les investisseurs émiratis dans la région.

Pour sa part, M. Brahim KHEIREDDINE, Directeur du Centre région d’Investissement Marrakech-Safi, orfèvre en la matière, a présenté les diverses et multiples opportunités qu’offre la région de Marrakech-Safi riche de divers atouts et offrant d’importantes possibilités en matière de développement ainsi qu’une véritable plateforme de production, d’investissement et d’exportation tournée vers l’Europe, l’Afrique et les pays arabes.

Il a également insisté sur l’ouverture économique de la région de Marrakech-Safi,  leader mondial aujourd’hui reconnu dans les secteurs du tourisme médical et événementiel.

A cet effet, il a ardemment souhaité que les deux pays renforcent davantage leur partenariat économique afin de réaliser des projets communs et structurants au travers, notamment,  des « jointventures » concernant tous les secteurs de l’économie dans son acception la plus large.

Enfin, il précisa combien la région de Marrakech-Safi constituait un vaste marché ouvert, incontestable porte d’entrée du Maroc vers l’Afrique.

Les deux parties sont aussi convenues d’œuvrer ensemble afin de rehausser le niveau de leurs échanges commerciaux et d’établir un partenariat économique basé sur une approche « win-win » (gagnant-gagnant).

A l’issue de cette rencontre, M. Abdelfattah LEBJIOUI, Wali de la Région Marrakech-Safi, invita le Président de la délégation émiratie à multiplier les missions d’hommes d’affaires dans la région afin d’explorer et d’affiner les différentes opportunités et finalement institutionnaliser des relations commerciales bilatérales.

 

Bernard VADON