La tentation du doute ...

Publié le 21 Octobre 2017

La feuille d'automne aurait pu choisir (mais choisit-on cet instant ?) de reposer sur le livret du somptueux Requiem de Mozart. Elle a préféré celui plus feutré mais non moins beau de Fauré.

La feuille d'automne aurait pu choisir (mais choisit-on cet instant ?) de reposer sur le livret du somptueux Requiem de Mozart. Elle a préféré celui plus feutré mais non moins beau de Fauré.

Emouvante interprétation de la soprano Olga Zinovieva ...

Au coeur de l'automne, la feuille qui tombe inspire le doute.

De Mallarmé à Char en passant par Eluard et Appolinaire, le même leitmotiv à capella :  d'où venons-nous,  qui sommes-nous, où allons-nous ?

"Etranger, voyageur ou poète nostalgique : cette chose errante par le monde, cette haute transe par le monde, et sur toutes grèves de ce monde, du même souffle proférée, la même vague proférant ... une seule et longue phrase sans césure à jamais inintelligible."

Au creux de cette vague proférant c'est encore Saint-John Perse que j'ai rencontré : 

"Ne crains pas, ni ne doute, car le doute est stérile et la crainte est servile. Ecoute plutôt ce battement rythmique que ma main haute imprime, novatrice, à la grande phrase humaine en voie de création." 

Bernard Vadon - Impressions -